mardi 31 décembre 2013

Vernissages

De g. à dr.: Christophe Levalois, Ilona Yurevich, S.E. Pavel Latushka
En ce mois de décembre ont eu lieu, à Paris, deux vernissages d'expositions d'Irina Kotova. Le premier le 10 décembre, dans la galerie d'Orthodoxie.com, pour l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection". Deux reportages de la télévision orthodoxe russe Soyouz en rendent compte: le premier, le second (sur Youtube). Le deuxième vernissage s'est déroulé dans la galerie Russkiy Mir, le 19 décembre, pour l'exposition "Les ailes de Noël" qui comprend également des œuvres - de la mosaïque textile - de Margarita Kotova, mère d'Irina Kotova. Un reportage photographique vient d'être ajouté sur la page Facebook de la galerie Russkiy Mir. Dans les deux vernissages, j'ai présenté l'exposition avant de donner la parole à d'autres intervenants. Sur la photographie ci-contre, dans la galerie Russkiy Mir, lors de la présentation, je suis aux côtés d'Ilona Yurevich, conseillère à l'ambassade de Biélorussie à Paris, chargée de la coopération avec l'Unesco, et de l'ambassadeur, Pavel Latushka (qui se prononce Latushko), auparavant ministre de la Culture de la République du Bélarus, qui a présidé ce vernissage.

vendredi 27 décembre 2013

"Prendersi cura dell'altro - Uno sguardo cristiano sulla comunicazione" en e-book

Mon ouvrage Prendersi cura dell'altro - Uno sguardo cristiano sulla comunicazione (San Paolo, édition française) a été édité, au début du présent mois, en livre numérique (livre électronique, e-book), au format EPUB, le format standard pour l'e-book (utilisable sur ordinateur, liseuse, iPhone, iPad, avec le système d'exploitation Android, liseuse Kobo). Voici quelques pages pour l'acheter et le télécharger: 1, 2, 3, 4, 5. Amazon le propose pour le Kindle (Amazon Italie).
Prendersi cura dell'altro – Uno sguardo cristiano sulla comunicazione - See more at: http://www.orthodoxie.com/category/lire/livres/#sthash.cYC9mD6d.dpuf
Prendersi cura dell'altro – Uno sguardo cristiano sulla comunicazione - See more at: http://www.orthodoxie.com/category/lire/livres/#sthash.cYC9mD6d.dpuf

mardi 24 décembre 2013

Chemin spirituel chrétien et transformation intérieure: ma chronique du 22 décembre

Ma chronique du 22 décembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie (textes et podcast), sur Radio Notre-Dame, abordait la question de la transformation intérieure dans un chemin spirituel chrétien à l’occasion de la parution récente d'un ouvrage passionnant.

Le temps de la Nativité, et plus généralement la période hivernale, est tout particulièrement propice à un regard porté sur soi-même en vue d’un renouvellement. Le livre du père Philippe Dautais, paru il y a peu, intitulé Si tu veux entrer dans la vie - Thérapie et croissance spirituelle, aux éditions Nouvelle Cité, s’avère précieux à cet égard. Il approfondit la question de la transformation de notre intériorité selon le projet voulu par Dieu pour l’être humain. Celui-ci peut se résumer en disant- en reprenant les versets 26 et 27 du chapitre 1 de la Genèse - qu’il s’agit de passer de l’image à la ressemblance. Le père Philippe rappelle que « la plupart des Pères de l’Église font la distinction entre l’image qui est inscrite dans l’être humain et la ressemblance qui est à acquérir par une coopération divino-humaine ». Cette démarche amène à affronter pour les traverser, et s’en enrichir, les épreuves, obstacles et douleurs que l’on rencontre dans l’existence et qui s’opposent à cette transformation.

Cette question, qui rassemble foi, tradition chrétienne, psychologie et tradition ascétique, a été plusieurs fois traitée par des auteurs orthodoxes contemporains. Je pense notamment à Jean-Claude Larchet, avec ses ouvrages sur la thérapeutique et la théologie de la maladie, la souffrance, l’inconscient spirituel, etc., mais aussi au livre d’un évêque grec, Mgr Hiérothéos (Vlachos), métropolite de Nafpaktos, nommé Psychothérapie orthodoxe, dont l’édition française est aujourd’hui épuisée.

Le livre du père Philippe Dautais offre une remarquable synthèse sur ces questions, accessible à tous. Elle est le fruit, d’une part, de son expérience pastorale, il est prêtre orthodoxe au sein de la Métropole roumaine, mais aussi des nombreuses sessions, retraites et conférences qu’il a organisé et donné, notamment au Centre Sainte-Croix, en Dordogne, qu’il a fondé et dirige avec son épouse.
Son enseignement s’appuie sur les Écritures, la tradition des Pères de l’Église et la tradition ascétique orthodoxe, qui s’exprime notamment dans la Philocalie.

Son livre commence par poser la base : qu’est-ce que l’homme ? Car finalement, tout découle de la façon dont nous voyons l’être humain, nous-même et l’autre, mais aussi et d’abord, de la façon dont Dieu voit l’être humain, ce que nous rapportent les Écritures. A cet égard, le père Philippe sait mettre en valeur et expliquer des passages particulièrement signifiants des Écritures. Il met ainsi remarquablement en lumière que la limite posée par Dieu au commencement, l’interdit de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, est une invitation à la croissance. Il explique notamment : « Par la confrontation aux limites, nous sommes renvoyés à la nécessité d’aller chercher de nouvelles ressources dans nos profondeurs. Les limites deviennent des possibilités de croissance. »

dimanche 22 décembre 2013

Kirill Zaborov, pianiste et compositeur

Dans le cadre de l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" aura lieu, le 10 janvier à Paris, à l'auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe assurances dans le 5e, une performance artistique originale qui rassemblera, en interaction, l'artiste biélorusse Irina Kotova, le pianiste et compositeur Kirill Zaborov, et moi-même pour une parole poétique. Voici une biographie de Kirill Zaborov (photographie ci-dessous), suivie d'une discographie et de quelques liens vers des enregistrements en ligne.

Kirill Zaborov
Kirill Zaborov est un compositeur français né à Minsk en 1970. Installé à Paris en 1981, il entreprend quatre ans plus tard ses premières leçons de musique avec le percussionniste et compositeur Pierre Faix. Initialement attiré par la batterie, son premier instrument, il débute en jouant dans des groupes aux styles variés, en se produisant dans les  soirées événementielles privées et les festivals consacrés à la jeune génération de musiciens.
En 1992 tout en poursuivant son activité en tant que batteur Kirill Zaborov commence l'étude du piano et d'harmonie avec le pianiste Gaël Mevel, s'investissant progressivement dans la composition à travers l'écoute et l'étude approfondie des œuvres issues autant de la tradition orale que du répertoire classique allant du XVIIIème au XXIème siècles.

Très impliqué dans le jazz, il se produit en tant que pianiste et improvisateur à partir de la fin des années 90 sur de nombreuses scènes parisiennes (Glaz'Art, Auditorium des Halles, Baiser salé, Caveau des légendes, le Centre culturel de Russie...) en alternant les formules en duo avec les artistes comme Frédéric Jeanne ou Antti Mäkinen et en trio, dont celui actuel avec Patrick Chenais et Clément Thirion à la batterie et à la contrebasse. 

Dans le domaine de la composition classique les œuvres de Kirill Zaborov sont jouées à partir de 2004 en France et à l'étranger, d'abord à l'Abbaye aux Dames à Saintes dans le cadre de l'association "Cordes mêlées" (dont il a été l'un des membres fondateurs) puis dans des festivals internationaux comme Piano à Riom, (France), 43th Encunetros Festival (Argentine), Piano à Saint-Ursanne (Suisse), Nuits musicales à Chisinau (Moldavie) ainsi que dans des lieux comme la salle Rachmaninov et l'Union des compositeurs à Moscou, le Arnold Schönberg Institute à Vienne, le Salon Christophori à Berlin, la Philharmonie de Minsk, la Maison des écrivains à Odessa. A Paris les œuvres de Kirill Zaborov sont jouées à la salle Cortot, au Musée de la Monnaie, à la Sorbonne, à l'auditorium de l’École de médecine, au Centre culturel de Russie.
    
Parmi les interprètes ayant collaboré avec Kirill Zaborov on peut citer les artistes Guigla Katsarava, Maria Masycheva, Jeffrey Grice, Ekaterina Mechetina, Ecaterina Baranov, le Aron Quartett, etc.

jeudi 19 décembre 2013

Exposition à Paris: "Les ailes de Noël"

Aujourd'hui est inaugurée une deuxième exposition d'Irina Kotova en ce mois de décembre à Paris, en l'occurrence dans la galerie Russkiy Mir (7, rue de Miromesnil, Paris 8e). Elle s'intitule "Les ailes de Noël" (communiqué de presse en français, en russe). L'exposition présente aussi des œuvres de Margarita Kotova, mère d'Irina, des mosaïques textiles. A découvrir.

mardi 17 décembre 2013

La fête de la Nativité dans l'Eglise orthodoxe: ma chronique du 15 décembre

Ma chronique du 15 décembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie (textes et podcast), sur Radio Notre-Dame, avait pour thème la fête de la Nativité dans l’Église orthodoxe. Pour la lire, cliquez ici.

Photographie: une Nativité d'Irina Kotova présentée lors de l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" à Paris du 10 décembre 2013 au 11 janvier 2014 (affiche).

lundi 9 décembre 2013

"Vies des saints serbes": ma chronique du 8 décembre

Ma chronique du 8 décembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie (textes et podcast), sur Radio Notre-Dame, avait pour sujet la parution des Vies des saints serbes de saint Justin Popovic aux éditions L'Age d'Homme. Ci-dessous: le texte de cette chronique.

Les éditions L’Age d’Homme ont publié cette année, dans l’excellente collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle », dirigée par Jean-Claude Larchet, la traduction française des Vies des saints serbes du père Justin Popovic, devenu lui-même saint depuis sous le nom de saint Justin de Tchélié (Celije) et qui est fêté le 1er juin.  Ce synaxaire - vies des saints en suivant le calendrier - de 470 pages permet non seulement de prendre connaissance des nombreux saints et saintes qui y sont évoqués, en tout 62, mais aussi d’entrer dans l’histoire et la richesse spirituelle du peuple serbe.

C’est une histoire pleine de nombreux combats et de beaucoup de souffrances ainsi que de sacrifices collectifs au fil des siècles. Aujourd’hui, c’est encore le cas avec le Kosovo. Rappelons juste que le peuple serbe a été pendant des siècles en première ligne face aux invasions de l’Empire ottoman et qu’il a, de ce fait, été le défenseur pendant des siècles de l’Europe chrétienne, ce qu’il a payé par un prix très élevé en vies humaines et en destructions. Au XXe siècle, après la domination ottomane, plusieurs tragédies historiques l’ont frappé cruellement : les deux guerres mondiales et le régime communiste. Cette très longue mémoire est toujours présente aujourd’hui. Cette histoire explique aussi qu’un nombre important de rois, de reines et de princes se trouvent dans cet ouvrage. En effet, un tiers des saints présentés ont une ascendance noble.

Je présenterai juste, rapidement, trois exemples. Le premier est saint Sava. Le grand saint national serbe. Né vers 1169, mort en 1236, fils du roi Stefan Nemanja, lui-même saint très populaire sous le nom de saint Syméon le Myroblite, saint Sava a fondé le monastère de Chilandar sur le Mont Athos et fut le premier primat de l’Eglise orthodoxe serbe qui obtient grâce à lui son autonomie et qu’il a organisée. Il est fêté le 14 janvier.

dimanche 8 décembre 2013

L'évolution d'une fête à Lyon : de la Fête de la lumière à la Fête des lumières

Très intéressante étude de Coline Palacin-Jacquelin, sur le site Cultures et croyances, sur l'évolution, au fil des siècles, de la Fête de la lumière, à Lyon, devenue Fête des lumières depuis une dizaine d'années. D'une origine religieuse, qui s'appuie sur près de 2000 ans de tradition chrétienne, la fête a été peu à peu laïcisée, l'aspect commercial l'emportant finalement avec son développement. Aujourd'hui, on observe une remobilisation religieuse à l'occasion de cette fête.

samedi 7 décembre 2013

Paris, capitale mondiale de la culture

Avec Londres et New York, Paris est l'une des capitales culturelles du monde. Cet article des Échos sur les entreprises et équipements culturels de la ville lumière est à lire à cet égard. Paris arrive en tête, du trio, pour les galeries d'art, les salles de cinéma, les salles de concert et les bibliothèques. Londres est devant pour les musées (Paris 2e) et New York pour les théâtres (Paris 2e). L'article nous apprend aussi qu'avec plus de 32 millions d'arrivées, Paris est la première destination mondiale, et que la ville compte aussi 20 000 restaurants ! Autre information à retenir: en Ile-de-France la culture et les "industries créatives" emploient environ 500 000 personnes, soit 10% des emplois ! Un chiffre considérable. A l'échelle de l'Union européenne, on dénombre 8 millions d'emplois directs dans cette filière qui produit 4% du produit intérieur brut de l'UE.
Ci-dessus: une des magnifiques photographies de Paris de Iulian Nistea, prêtre orthodoxe dans la capitale française (extraite de cette sélection de photographies)

mardi 3 décembre 2013

"De l'Incarnation à la Résurrection": une nouvelle exposition d'Irina Kotova à Paris

Le 10 décembre, dans la galerie d'Orthodoxie.com, dans le 5e arrondissement à Paris, aura lieu le vernissage d'une nouvelle exposition d'Irina Kotova intitulée "De l'Incarnation à la Résurrection". Le caractère religieux, dans la tradition orthodoxe, caractérise les œuvres présentées: pastels et dessins au crayon. Une deuxième exposition d'Irina Kotova à Paris ouvrira ailleurs d'ici peu. D'autre part, le 10 janvier, Irina Kotova, le pianiste compositeur Kirill Zaborov et moi-même, nous réaliserons une performance artistique en interaction. J'en parlerai bientôt.

Le communiqué de presse pour l'exposition: en français, en russe.

La fragmentation de la solidarité humaine: ma chronique du 1er décembre

Ma chronique du 1er décembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie (textes, podcast), sur Radio Notre-Dame, portait sur la fragmentation de la solidarité humaine. Pour la lire, cliquez ici.

lundi 2 décembre 2013

Une viola organista...enfin ! Cinq siècles après sa conception !

Ce Léonard ! Un pianiste polonais a réalisé le défi de construire un instrument imaginé par Léonard de Vinci. Cinq siècles après sa conception, celui-ci a donc vu le jour. On la nomme viola organista. C'est à la fois un clavecin par son clavier et un instrument à cordes, proche du violoncelle et de la viole de gambe, par le son ! Toutes les explications et deux vidéos sur cette page (dont la photographie ci-dessus) qui permettent d'entendre cet étonnant instrument. 

mardi 26 novembre 2013

Sainte de l'Eglise orthodoxe et "Juste parmi les nations", une rue de Paris portera bientôt son nom: ma chronique du 24 novembre

Ma chronique du 24 novembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie, sur Radio Notre-Dame, portait sur la décision récente, par la mairie de Paris, d'attribuer à une voie nouvelle du 15e arrondissement de la capitale, le nom de Marie Skobtsov. C'est un hommage à une grande figure de l'émigration russe à Paris: Mère Marie, à la fois sainte de l’Église orthodoxe et déclarée "Juste parmi les nations" par le mémorial de Yad Vashem. Ci-dessous: le texte de cette chronique.

J’ai la joie de vous annoncer aujourd’hui une excellente nouvelle qui est aussi un évènement : la mairie de Paris a décidé de donner à une voie du 15e arrondissement le nom de rue Marie Skobtsov. Le 4 novembre le Conseil du 15e a voté la décision et le 12 novembre ce fut au tour du Conseil de Paris, les deux à l’unanimité. Pour comprendre la portée de cet évènement, il faut connaître quelques éléments de la vie étonnante de Marie Skobtsov, que nous appelons plus volontiers en orthodoxie Mère Marie (photographie ci-dessus).

Née Elisabeth Pilenko, en 1891, à Riga, alors dans l’Empire russe, issue d’une famille aristocratique, avec des origines françaises, elle révèle très tôt à Saint-Pétersbourg ses dons de poétesse et fréquente les salons littéraires en vue. Militante, elle devient lors de la Révolution de 1917, la première femme maire d’une ville en Russie. Mais opposante au régime, elle se retrouve sur les routes d’Europe avec son second mari et ses enfants. Elle arrive finalement à Paris en 1923. Différents évènements et sa foi l’amènent à devenir moniale en 1932 sous le nom de Mère Marie. Elle choisit de rester à Paris pour y exercer une action caritative envers les démunis de l’émigration russe. C’est ainsi qu’elle crée en 1935 un foyer au 77 rue de Lourmel dans le 15e. Tous les matins, très tôt, elle part en trainant une charrette jusqu’aux Halles pour récupérer les invendus et ce que l’on veut bien lui donner afin de nourrir tous les déshérités qui viennent à son foyer. C’est aussi un lieu de célébrations, une église s’y trouve, mais également de rencontres intellectuelles où se rend entre autres Nicolas Berdiaev. Mère Marie fait montre d’une activité débordante et multiple : elle nourrit, écrit, brode, dessine.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le centre accueille des réfugiés, mais aussi délivre des faux certificats de baptême, aide certains à échapper aux recherches de l’occupant. En juillet 1942, Mère Marie parvient à sauver des enfants enfermés au Vélodrome d’hiver, où elle a pu entrer, en les dissimulant dans des poubelles. Toutes ces actions lui vaudront, bien des années après, le titre de « Juste parmi les nations » décerné par le mémorial de Yad Vashem. En 1943, suite à une dénonciation, elle est arrêtée et déportée au camp de Ravensbrück. Là, elle est au cœur d’un groupe de prière dans lequel se trouve notamment Geneviève de Gaulle-Anthonioz. Mère Marie soutient, réconforte, prie. Ayant eu la chance de rencontrer une de ses proches compagnes de captivité, Jacqueline Pery-d'Alincourt (deux entretiens avec elle sur ces pages: 1, 2), membre de ce groupe de prière, j’ai appris combien la présence et le rayonnement de Mère Marie ont été précieux pour ses compagnes pour survivre dans cet enfer. Mais, le 31 mars 1945, qui est cette année-là le vendredi saint, elle est gazée, peut-être en prenant la place d’une autre personne. En 2004, elle a été canonisée par le Patriarcat œcuménique de Constantinople en même temps que son fils Georges, que le prêtre Dimitri Klépinine et Ilya Fondaminsky, un juif converti à l’orthodoxie, tous œuvrant avec Mère Marie, tous morts en déportation.

mardi 19 novembre 2013

lundi 18 novembre 2013

"Un joyau caché au coeur du 15e"

Chaque année, quelques milliers de visiteurs (re)découvrent l'église orthodoxe Saint-Séraphin-de-Sarov à Paris (91, rue Lecourbe, 15e) et son environnement attenant. Bien des fois, je les accueille, notamment lors des Journées du patrimoine ou de la Fête des jardins. Outre leur surprise, je note leur émerveillement. Nombreux sont ceux qui s'y arrêtent un moment, dans l'église ou dans le jardin, pour s'offrir une pause bienfaisante. Il m'est même arrivé de voir certains revenir dans la journée pour faire connaître le lieu à un parent ou un ami. Quelques uns en rendent compte dans leurs blogs avec des commentaires et des photographies. Quelques exemples, en 2013: "Une église qui n'a pas la tête d'une église", "Un joyau caché au coeur du 15ème"; quatre autres témoignages, plus anciens: "Le piéton de Paris", "Peter's Paris",  "Le blog de Jocelyne", "Ma fenêtre sur Paris". Autant de témoignages qui traduisent l'étonnement et l'émerveillement de la découverte de ce lieu, bien particulier il est vrai.

Source de la photographie: MCALP

lundi 11 novembre 2013

Histoire et situation de l'Archevêché, l'élection de l'archimandrite Job Getcha: ma chronique du 10 novembre dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie"

Ma chronique du 10 novembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie, sur Radio Notre-Dame, avait pour sujet l'histoire et la situation de l'Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, ainsi que l'élection de l'archimandrite Job Getcha en tant qu'archevêque. Pour la lire, cliquez ici.
La chronique a été reprise sur le site du diocèse catholique de Paris.

lundi 4 novembre 2013

Le développement des relations virtuelles, l'incarnation et le cheminement spirituel: ma chronique du 3 novembre dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie"

Ma chronique du 3 novembre dans l'émission Lumière de l'orthodoxie, sur Radio Notre-Dame, évoque le développement des relations virtuelles, l'incarnation et le cheminement spirituel (podcast audio et autres textes de l'émission). Pour lire cette chronique, cliquez sur ce lien.

Illustration: source

mercredi 30 octobre 2013

Vidéo de la conférence donnée au Séminaire orthodoxe russe sur "Quel peut être l'apport des chrétiens à la communication aujourd'hui ?"

Le samedi 26 octobre dernier, j'ai donné une conférence au Séminaire orthodoxe russe situé à Epinay-sous-Sénart en Ile-de-France. Il s'agissait de plusieurs éléments de réflexion sur le thème "Quel peut être l'apport des chrétiens à la communication aujourd'hui ?". Le plan que j'ai suivi, qui est à peu près celui de mon livre sur la question, est en ligne ici. La vidéo dure près d'une heure et demi.

lundi 28 octobre 2013

Une "usine à bébés" en Inde: ma chronique dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie" du 27 octobre

Dans ma chronique, de l'émission Lumière de l'orthodoxie du 27 octobre (la page de l'émission avec le podcast en ligne) sur Radio Notre-Dame, j'ai évoqué la construction en cours d'une "usine à bébés" en Inde, un centre où «des centaines de mères porteuses aideront des couples occidentaux à concevoir un enfant», puis la mise en œuvre éthique et spirituelle de nos choix, de notre liberté et de notre responsabilité vis-à-vis d'autrui. Pour lire cette chronique, cliquez sur ce lien.

En complément: ce reportage de TF1 sur une "usine à bébés" en Inde. Cette enquête du Nouvel Observateur, sur l'exemple indien, mise en ligne le 27 octobre également. Cet article du Monde sur des "usines à bébés" et le trafic d'êtres humains au Nigeria.

Source de la photographie: Le Nouvel Observateur

lundi 21 octobre 2013

Le 1700e anniversaire de l'édit de Milan: ma chronique dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie" du 20 octobre

Ma chronique, dans l'émission Lumière de l'orthodoxie du 20 octobre sur Radio Notre-Dame, portait sur le 1700e anniversaire de l'édit de Milan et sa célébration orthodoxe à Nîs en Serbie, le 6 octobre dernier. Pour la lire, cliquez sur ce lien.

vendredi 18 octobre 2013

Conférence, débat et dédicaces à la librairie L'Age d'Homme à Paris

Lors des dédicaces
Une fois de plus, l'espace de la librairie L'Age d'Homme à Paris était complètement rempli ce samedi 12 octobre - une bonne cinquantaine de personnes - pour la présentation de mon livre, Prendre soin de l'autre - Une vision chrétienne de la communication (Cerf, 2012). Conférence, débat, dédicaces ont ponctué cette rencontre très bien préparée par la libraire, et traductrice, Zorica Terzic. Jean-François Colosimo, préfacier de mon ouvrage, n'ayant pu être présent, a néanmoins tenu à nous adresser un texte dans lequel il rend hommage au fondateur des éditions et de la librairie L'Age d'Homme, Vladimir Dimitrijevic, explique les raisons qui l'ont conduit à accepter de préfacer mon livre et donne une réflexion sur la communication et le christianisme à la lumière de récentes déclarations. Ce texte se trouve ici au format pdf et ci-dessous.

Chers amis,
        C’est à regret que je ne puis être des vôtres, ce soir, et j’en suis d’autant plus désolé que votre réunion se tient dans cette belle librairie, si parisienne et si internationale, où souffle l’esprit vivant de notre cher et regretté Vladimir. Lui-même n’a-t-il jamais cessé de penser que le livre était d’abord un apostolat ? Nous autres, éditeurs de profession mais aussi de conviction, avons tous été en quelque façon à son école. Celle de la quête passionnée du sens qui n’oublie jamais qu’elle s’accomplit dans la quête non moins passionnée du partage. Car communiquer, selon l’usage premier du mot en français  classique, signifie communier. 

    Cette certitude fonde le livre précurseur du père Christophe Levalois. Moi, qui fuie systématiquement ou presque l’exercice de préfacier, me suis rendu à son amicale insistance en me fendant d’un prélude à son ouvrage qui, pourtant, n’en avait pas besoin. Pourquoi ? Parce que le sujet relevait d’un authentique souci contemporain, voire participait de l’air du temps et qu’il y allait d’un événement qu’un orthodoxe délaisse d’éternelles contemplations pour se pencher sur les grandeurs et misères, les défis en fait et en somme, d’un siècle de mutation où la figure de l’homme se joue à l’aune d’un village devenu planétaire et soumis à l’information instantanée ? Pas exactement ou pas seulement. Un autre impératif me taraudait.

jeudi 10 octobre 2013

Dans le mensuel suisse "Choisir"

Le mensuel helvétique Choisir, "revue culturelle", a publié dans le n°645 (septembre 2013, couverture), une recension de Prendre soin de l'autre - Une vision chrétienne de la communication (Cerf, 2012) que l'on peut lire ci-dessous.

vendredi 4 octobre 2013

Présentation de "Prendre soin de l'autre", le 12 octobre à la librairie L'Age d'Homme à Paris

Le samedi 12 octobre, à partir de 17 heures, je présenterai mon livre Prendre soin de l'autre - Une vision chrétienne de la communication (Cerf, 2012; traduction italienne, San Paolo, 2013) à la librairie L'Age d'Homme à Paris (5, rue Férou, 6e). Le texte de l'intervention de Jean-François Colosimo, préfacier de l'ouvrage, qui ne peut être présent, sera lu.

lundi 30 septembre 2013

L'esclavage aujourd'hui et la relation à l'autre: ma chronique du 29 septembre dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie"

Le texte de ma chronique du 29 septembre, dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie", sur Radio Notre-Dame, se trouve ici. Elle portait sur l'esclavage aujourd'hui et la relation à l'autre. Le podcast audio est en ligne sur la page de l'émission (cliquez sur ce bouton: , à droite).

Une belle rencontre à la librairie L'Age d'Homme à Paris

La librairie parisienne des éditions L'Age d'Homme était pleine samedi dernier (photographie ci-contre, une partie de l'assistance) pour la rencontre avec Nana Peradze et la présentation du disque Eucharistia de l'ensemble Harmonie géorgienne, aux éditions Jade. Beaucoup d'écoute et d'intérêt. Avec Zorica Terzic de L'Age d'Homme, nous avons présenté le parcours artistique, notamment musical, de Nana Peradze qui a aussi répondu à mes questions. Des extraits du disque ont été diffusés.

Ci-dessous, après la présentation, dans la librairie, de gauche à droite, avec moi: Colette Chamboredon, directrice des éditions Jade; Nana Peradze, chef de chœur et compositrice; Emmanuel Chamboredon, président de la maison de disques américaine Milan Records; Irina Kotova, artiste biélorusse, qui prépare deux expositions à Paris qui auront lieu en fin d'année; Zorica Terzic de L'Age d'Homme, traductrice.

Complément: L'hebdomadaire France catholique (n°3367, 27 septembre, en kiosque cette semaine) a publié un entretien avec Nana Peradze. Elle y évoque son enfance et sa formation en Géorgie, son parcours artistique, mais aussi à la télévision géorgienne où elle a réalisé deux films documentaires, le chant orthodoxe, son adaptation en français, l'ensemble Harmonie géorgienne et le disque Eucharistia. Un magnifique témoignage. A lire : première page, deuxième page, troisième page.
Nouvel ajout (7 octobre): l'entretien en ligne sur le site de France catholique.

lundi 23 septembre 2013

"Lumière de l'orthodoxie": ma chronique du 22 septembre sur le chant orthodoxe

Pour lire ma chronique dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie" du 22 septembre, sur Radio Notre-Dame, cliquez sur ce lien. Elle est consacrée au nouveau disque de l'ensemble Harmonie géorgienne, "Eucharistia" (éditions Jade, couverture ci-contre) et au chant orthodoxe.

mercredi 18 septembre 2013

Nana Peradze et le nouveau disque de l'ensemble "Harmonie géorgienne"

Samedi 28 septembre, à partir de 17 heures, dans la librairie L'Age d'Homme à Paris (5, rue Férou, 6e), je dialoguerai avec Nana Peradze, chef de chœur de l'ensemble Harmonie géorgienne dont le dernier disque compact, Eucharistia, vient de paraître aux éditions Jade. Le chœur interprétera ensuite quelques uns des chants de ce disque. Pour une présentation de ce disque et de Nana Peradze, voir cette page.


lundi 16 septembre 2013

Ma chronique du 15 septembre dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie" sur Radio Notre-Dame

Pour lire le texte de ma chronique du dimanche 15 septembre dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie", sur Radio Notre-Dame, cliquez sur ce lien. Le podcast audio de l'émission est en ligne ici. Ma chronique portait sur l'ouvrage du père Jean Breck intitulé L’Écriture dans la tradition - La Bible et son interprétation dans l’Église orthodoxe paru aux éditions du Cerf en début d'année.

mardi 10 septembre 2013

Le compositeur Arvo Pärt nouvel archonte du Patriarcat oecuménique

Le 8 septembre, à Tallinn, capitale de l'Estonie, le patriarche œcuménique Bartholomée a élevé à la dignité d'archonte du Patriarcat œcuménique le compositeur estonien et orthodoxe Arvo Pärt (et cette note sur le blog). Celui-ci est aujourd'hui l'un des compositeurs vivants les plus joués dans le monde. Plusieurs liens vers des compositions d'Arvo Pärt en ligne sur Youtube sont proposés dans cette note.

Photographie: le 8 septembre à Tallinn, lors de l'élévation à la dignité d'archonte d'Arvo Pärt (1, 2). Source: Fanarion

A lire: "Le non-art contemporain en 6 dogmes"

Sur son site, le Nouvel Observateur rend compte d'un article publié dans la revue BoOks intitulé "Le non-art contemporain en 6 dogmes" portant sur le "grand bluff de l'art contemporain". Il propose une analyse originale, quant à la démarche, qui montre en quoi les acteurs et les décideurs de la diffusion de "l'art contemporain" ont des démarches qui sont, par plusieurs aspects, des caricatures de religion (dogmes, transsubstantiation, transfiguration).

dimanche 8 septembre 2013

"Lumière de l'orthodoxie" (Radio Notre-Dame): la chronique du 8 septembre

Ma chronique du 8 septembre, dans l'émission "Lumière de l'orthodoxie" sur Radio Notre-Dame portait sur la fête de la Nativité de la Mère de Dieu (office des vigiles de la fête). Le texte de cette chronique est ici. Le podcast audio de l'émission se trouve sur cette page.

vendredi 6 septembre 2013

L'émission "Lumière de l'orthodoxie" sur Radio Notre-Dame

Ce dimanche 8 septembre, première émission pour la deuxième année de "Lumière de l'orthodoxie" sur Radio Notre-Dame. L'émission est placée sous l'égide de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France. Elle est produite et animée par Victor Loupan, journaliste (il fut grand reporter au Figaro magazine), écrivain, rédacteur en chef de La pensée russe, membre du conseil patriarcal pour la culture du Patriarcat de Moscou. Les autres intervenants réguliers sont Cécile Brahy pour les actualités, le père Marc-Antoine Costa de Beauregard, doyen pour la France des paroisses de la Métropole roumaine, recteur de la paroisse orthodoxe de Louveciennes, le père Alexandre Siniakov, recteur du Séminaire orthodoxe russe en France et moi-même pour une chronique hebdomadaire. L'émission, qui dure 26 minutes, est diffusée le dimanche à 20 heures et rediffusée notamment le lundi à 15 heures. Je mettrai en ligne, au fur et à mesure, les textes de mes chroniques.
Radio Notre-Dame (présentation) est diffusée sur Paris et la région parisienne (100.7 FM) et par l'internet en direct notamment. Ces émissions sont reprises par d'autres radios.

mercredi 7 août 2013

200 millions de filles manquantes dans le monde !

Ce sont 200 millions de filles qui manquent dans le monde, en raison d'avortements sélectifs, d'après des estimations des Nations Unies. C'est ce que rapporte dans cet entretien (article original en anglais)  Evan Grae Davis, réalisateur américain d'un film sur la question (site du film, la bande-annonce). Il relate notamment ses rencontres poignantes avec des femmes en Inde et en Chine  On emploie aujourd'hui, dans les pays anglo-saxons, pour désigner ce phénomène, le mot (à la mode) gendercide ; en français on parle plutôt de déficit de femmes, en somme un langage de comptable pour une réalité humaine sinistre. Ce document, de l'Organisation mondiale de la santé, analyse cette situation. Il rapporte qu'il nait normalement 102 à 106 garçons pour 100 filles. Or, on observe des rapports différents dans certains pays, et à certaines périodes, pouvant aller jusqu'à 130 garçons pour 100 filles (par exemple 120 en Chine en 2005) !

mercredi 24 juillet 2013

Un entretien avec Irina Kotova dans le trimestriel orthodoxe biélorusse "Stupeni"

Un entretien avec l'artiste biélorusse Irina Kotova a été publié dans le dernier numéro paru (juillet 2013, couverture ci-contre) du trimestriel biélorusse Stupeni. Publié par l'Académie de théologie de Minsk, il est diffusé dans toutes les paroisses orthodoxes de Biélorussie. L'entretien, de huit pages, est illustré par des œuvres à caractère religieux d'Irina Kotova. L'artiste y évoque sa démarche, ses réflexions sur l'art, les manifestations passées, les projets en préparation. Une exposition de ses œuvres aura lieu en fin d'année dans une galerie parisienne. Pour lire ou visionner cet entretien (en russe), cliquez sur ce lien.

mercredi 17 juillet 2013

"Notes pour une philosophie de l’embryon"

Alors que l'Assemblée nationale en France vient d'autoriser des recherches sur l'embryon, il est profitable de lire en ligne cette réflexion riche et argumentée, "Notes pour une philosophie de l'embryon", de Marie-Pierre Charnet, agrégée de philosophie, publiée en 2002 dans la revue Études (1). Au menu: l'embryon, la personne et sa dignité, la technique et l'éthique, le tout dans l'histoire de la philosophie. En complément: "Recherche sur l'embryon humain: business ou santé publique ?", un article du Monde, en 2011, qui montre bien les enjeux financiers considérables de cette question; sur le site Sagesse orthodoxe: "Défendre l'embryon, défendre l'homme". A lire sur ce sujet: L'embryon et son âme dans les sources grecques (VIe siècle av. J.-C - Ve siècle apr. J.-C.) de Marie-Hélène Congourdeau (prologue et table des matières).

lundi 8 juillet 2013

"L'icône, expression de l'âme russe"

L'émission dominicale de télévision "Le Jour du Seigneur" sur France 2, d'hier, a diffusé le court documentaire ci-dessous (03:06) sur "L'icône, expression de l'âme russe" avec des explications d'un iconologue et iconographe orthodoxe, qui fut élève de Léonide Ouspensky, Grégoire Aslanoff (historien de l'art au CNRS).

mercredi 26 juin 2013

La 8ème édition de l'émission de télévision "L'orthodoxie, ici et maintenant" sur KTO

La 8ème édition de l'émission de télévision "L'orthodoxie, ici et maintenant", sur KTO, animée par Carol Saba, vient d'être diffusée. Elle propose entre autres un reportage sur l'inauguration des locaux d'Orthodoxie.com, le 27 mai dernier (à partir de 16:22, cliquez ici pour y accéder directement sur Youtube). A visionner ci-dessous.

dimanche 23 juin 2013

Une nouvelle recension

Sur le blog Contrelittérature: cette recension substantielle d'Alain Santacreu de mon ouvrage Prendre soin de l'autre - Une vision chrétienne de la communication (Cerf, 2012; San Paolo, 2013). L'auteur y donne une analyse et une réflexion fouillées sur les relations de la foi et de la communication. Il apporte en outre d'autres pièces au dossier comme l'influence du père Pierre Teilhard de Chardin sur les penseurs apologistes de l'internet. Il évoque aussi le père Henri Bourgeois qui fut le premier à parler de théologie de la communication et renvoie à ce texte en ligne. Cette même recension a été reprise par cet autre site et par celui-ci également.

Ajout (25 juillet): cette recension a été signalée sur Twitter avec plusieurs retweets, notamment sur deux comptes de chercheurs sur la communication, à savoir: par Pierre Lévy (1), professeur à l'université d'Ottawa, qui a repris l'information sur son site Scoop.it, par le père jésuite Antonio Spadaro (1), directeur de la revue La Civiltà Cattolica et du site CyberTeologia, consultant auprès des conseils pontificaux pour la culture et pour les communications sociales; mais aussi sur le compte en espagnol de Moisés Sbardelotto qui a aussi mentionné la recension sur son site Scoop.it "média et religion".

samedi 15 juin 2013

Filippo Rossi

La couverture de Prendersi cura dell'altro - Uno sguardo cristiano sulla comunicazione présente une œuvre, de l'année 2010, de l'artiste italien Filippo Rossi. Formé à l'Académie des beaux-arts de Florence, non figuratif, dont les expositions (ci-contre, affiche d'une en 2011) se sont tenues tant en Italie qu'à l'étranger, il a réalisé de nombreuses œuvres pour l’Église catholique en Italie. Il était le plus jeune invité au Vatican par le pape Benoît XVI pour la rencontre avec les artistes les 20-21 novembre 2009 dans la chapelle Sixtine. Il enseigne au centre d'études de l'Université de Standford au sein de l'Université de Florence. Son site internet, riche en ressources, témoigne remarquablement de son parcours.

Ajout (22 juillet): dans la galerie de l'année 2013, du site de Filippo Rossi, cette nouvelle page avec la couverture de Prendersi cura dell'altro.

mercredi 12 juin 2013

Pour mieux connaître les Veilleurs

Hier, Radio Notre-Dame a proposé, dans l'émission "Le grand témoin", un entretien avec Axel et Madeleine, deux jeunes personnes à l'origine des Veilleurs.  Ce mouvement est né dans le cadre de la contestation du mariage homosexuel, dit "Mariage pour tous". Il se singularise par sa démarche originale et non-violente: des veillées silencieuses, devant de petites bougies, ponctuées par la lecture de textes invitant à la réflexion et des chants, rassemblant jusqu'à plusieurs milliers de personnes à Paris (photographies ci-dessus et ci-dessous, source: Veilleurs). Le mouvement, composé surtout de jeunes adultes, s'est très vite étendu, aujourd'hui on dénombre plus de 130 160 lieux (au 04-07) en France. Il a dû faire face à de fortes intimidations policières (vidéo, autre vidéo: nuit du 26 mai). Cette démarche pacifique faite de silence, d'écoute, d'approfondissement éthique, d'intériorisation, qui met en avant la personne est à l'opposé du consumérisme et de l'agitation continuelle désagrégatrice de la société du spectacle où la personne n'est plus qu'un pion ou une marchandise. A écouter: lien direct vers le podcast de l'émission.

Compte Twitter des Veilleurs, leur page Facebook.

Ajout (19 juin): En Turquie, une nouvelle forme de contestation vient d'apparaître, "l'homme à l'arrêt": la personne reste des heures muette, debout, immobile, le regard fixe. Si ce n'est pas exactement la démarche des Veilleurs, il y a néanmoins, par cet ancrage dans le silence, un point commun fort et remarquable. Se mettre à l'arrêt, dans une société qui abuse de la fuite en avant, du toujours plus quantitatif, d'un zapping maladif, est le signe fort d'une contestation radicale salutaire. J'y vois l'être humain qui clame son désir de reprendre en main son destin et de lui donner du sens. C'est une excellente nouvelle. Lorsque des démarches similaires émergent en des endroits très différents, cela manifeste un courant profond qui habite l'humanité et la recherche, plus ou moins consciente, d'une voie alternative.

Nouveaux ajouts. (26 juin):  Depuis quelques jours, la forme turque de cette contestation se développe en France, comme il est expliqué ici. Le compte Twitter de ce mouvement, leur page Facebook.
(4 juillet): émission sur Radio Notre-Dame (lien direct vers podcast), reportages, témoignages, évènements de la nuit du 3 au 4 juillet à Paris (une vidéo).

jeudi 6 juin 2013

A écouter: poésie et littérature

Très intéressant entretien aujourd'hui sur Radio Notre-Dame, dans l'émission "Le grand témoin", avec Gérard Pfister, économiste, éditeur (éditions Arfuyen) et poète. Des paroles justes sur la démarche poétique, sur sa musicalité. Gérard Pfister vient de faire paraître Le temps ouvre les yeux. Oratorio. Il lit un court extrait de ce recueil lors de l'entretien: des mots incarnés qui apportent une profonde résonance. Avec cette poésie, les mots retrouvent une âme. A l'opposé de leur utilisation la plus fréquente aujourd'hui: des coquilles vides qui masquent différents desseins. Des mots-mercenaires à la place des mots-éveilleurs en somme ! 

(Lien direct vers le podcast de l'émission)

mercredi 5 juin 2013

"Je tiens à saluer l'importance de cet ouvrage" (métropolite Emmanuel)

Le 27 mai dernier a eu lieu l'inauguration des locaux d'Orthodoxie.com à Paris, dans le 5e arrondissement à côté de l'église Val-de-Grâce. Le métropolite Emmanuel, président de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France a présidé l'inauguration. Dans son allocution (pour la lire, cliquez ici), il a évoqué les médias, la communication, l'internet et le travail d'Orthodoxie.com. Il a fait l'éloge de Prendre soin de l'autre - Une vision chrétienne de la communication (Cerf, 2012) en observant notamment: "Je tiens d’ailleurs à saluer l’importance de cet ouvrage. L’auteur souligne en particulier la dimension kénotique et eucharistique de la communication.  Le père Christophe Levalois d’écrire, je le cite : « Laisser la place à l’autre, le servir, oblige déjà à rejeter toute tentative de manipulation et de domination, ou encore toute tentative de modeler l’autre à son image. […] Le monologue ne peut nourrir une telle construction, car celle-ci ne peut grandir, s’affiner et se fortifier que dans la synergie. » (p.151)" 

Étaient aussi présents, antre autres: Henri Brischoux, directeur général de la Mutuelle Saint-Christophe assurances, le P. Jivko Panev, François-Xavier Maigre, du quotidien La Croix, le conseiller du 5e arrondissement Jean-René Hamon, le P. Marc Génin, l'ambassadrice de la Serbie à l'UNESCO, Zorica Tomic, l'ambassadrice du Monténégro et déléguée permanente auprès de l'UNESCO, Irena Radovic, des membres du corps diplomatique des ambassades de Grèce, de Roumanie, de Biélorussie (le conseiller aux affaires culturelles), le P. Marc-Antoine Costa de Beauregard, le P. Ivan Karageorgiev, le P. Slavisa Sanjic,  Carol Saba, porte parole de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, des représentants de Radio Notre-Dame (Louis Daufresne et Alexandre Meyer), de l'AFP d'Athènes, de La Procure (Anne von Rosenschild), des éditions du Cerf (Marine de Calbiac, Alexandra Berthet, Jeanne de Saint-Hilaire), des éditions des Syrtes et des éditions Jade, de la Mutuelle Saint-Christophe (dont Caroline Boulay et Frédéric Laroche), de l'Institut Saint-Serge (Nicolas Kazarian et Goran Sekulovski), Nicolas Grimal, de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, Marc Andronikof, Ivan Chéret, Yvan Koenig, Bernard Le Caro, Laurent Kloeble.