jeudi 23 septembre 2021

"Le loup, symbolisme et traditions" (émission)

Le 22 septembre, je suis intervenu sur YouTube sur la chaîne "Arcana, les mystères du monde" pour un direct sur le thème "Le loup, symbolisme et traditions". Plus de deux heures d’émission avec de nombreuses illustrations pour expliquer la relation privilégiée du loup avec l’être humain de la préhistoire à nos jours. Ci-dessous : la vidéo de cette émission.

vendredi 21 mai 2021

Télévision : "Une communication tournée vers la communion" ("Orthodoxie", France 2)

Christophe Levalois
Ce dimanche 23 mai à 9h30 sera diffusée l'émission de télévision "Orthodoxie" sur France 2 avec pour thème "Une communication tournée vers la communion". J'interviens à plusieurs moments du reportage de 30 minutes avec Alexey Vozniuk, Michel Stavrou, Julija Naett Vidovic, Laure Chaussin, les pères Jivko Panev, Alexandre Siniakov, Marc-Antoine Costa de Beauregard, et l’archimandrite Éphrem de Vatopédi (mont Athos). Questions abordées : Comment l’Église communique-t-elle ? Avec quels moyens et quels objectifs ? Quel peut être l’apport de la tradition chrétienne à la communication aujourd’hui ? En quoi le Christ est-il le parfait communicateur ?

Ci-dessous la 2e bande-annonce (la première).

 L'émission sera ensuite en "replay" durant un mois ici. Et ci-dessous.

samedi 17 avril 2021

"Cet animal sublime ne cesse de nous fasciner"

Le mensuel Saint-Germain magazine (n°50, avril 2021) a publié une recension détaillée de mon livre Le loup et son mystère. Histoire d'une fascination (Le Courrier du livre, 2020) dans laquelle il est observé : "Cet animal sublime ne cesse de nous fasciner". Il est possible de lire ci-dessous (p.12, 14 et 15) cette recension substantielle, également à la une du magazine, qui explore en détail les différentes facettes de l'ouvrage.

L'ouvrage a été l'un des coups de cœur de la Bibliothèque nationale du Luxembourg en novembre 2020. D'autre part, à la suite de l'obtention du prix Jean Dorst, l'hebdomadaire Le Courrier des Yvelines (n°3927, 13 janvier 2021) a publié un nouvel article en ligne ici. Enfin, j'ai été invité à l'émission de télévision "7/8 culture" de TV78 du 19 janvier 2021. Ci-dessous : mon intervention.

lundi 5 avril 2021

Ma participation autour du film d'animation "Le voyage extraordinaire de Séraphima"

"Le voyage extraordinaire de Séraphima" est un film d'animation russe de 2015 qui a connu un grand succès en Russie et en Europe de l'Est. Son histoire relate, à l'époque de Staline, le parcours de la petite fille d'un prêtre qui est arrêté lors de la célébration des Rameaux, puis exécuté. Elle se retrouve dans un orphelinat loin de sa mère dont elle n'a plus de nouvelles. Là, en 1943, seule, elle résiste aux attaques contre sa foi de la part des responsables de l'orphelinat et à l'hostilité de certaines de ses camarades. Au milieu de ces grandes difficultés, elle accomplit alors un voyage vraiment extraordinaire qui retourne la situation. 

L'adaptation française de ce film d'animation a été faite par Saje-Distribution qui n'a pu que proposer le film lors de séances en ligne début 2021 en raison de la crise sanitaire. J'ai participé au dossier pédagogique. J'ai également donné un entretien (un extrait ci-dessous), diffusé après le film, consacré au film, aux traditions orthodoxes présentes dans celui-ci, au contexte historique et à saint Séraphin de Sarov. Le film suivi de l'entretien peut être (re)vu en replay. Voici quelques extraits du film, le bande-annonce et les cinq premières minutes (trois autres extraits : 1, 2 et 3), puis un court passage de mon entretien.  

dimanche 28 mars 2021

"Orthodoxie et médias" : une nouvelle formation à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Depuis mi-mars, je donne des cours dans le cadre d'une nouvelle formation à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge intitulée "Orthodoxie et médias". Mes interventions portent sur l'histoire de la communication, sur la Bible et la communication et plus généralement sur les fondements d'une "théologie de la communication" (présentation et programme). Ci-dessous : la première page de l'affiche et une courte vidéo où je présente cette nouvelle formation.



dimanche 27 décembre 2020

« Le loup et son mystère. Histoire d’une fascination » (Le Courrier du livre) a reçu le prix Jean Dorst 2020

Une grande joie ! Mon ouvrage « Le loup et son mystère. Histoire d’une fascination » (Le Courrier du livre) a reçu le prix Jean Dorst 2020 décerné par l’Académie vétérinaire de France et le Groupement des écrivains médecins.

C’est le jury du prix Fernand Méry qui attribue ce prix et d’autres. Le prix Jean Dorst est le 2e prix. Le premier, le prix Fernand Méry proprement dit, a été décerné à Nicolas Vanier pour son roman « Poly » paru chez XO. Le 3e prix a été obtenu par Anne-Claire Gagnon pour « Les chats, comment ils prennent soin de notre santé » chez Robert Laffont. Trois autres prix ont été décernés. Chaque prix récompense un ouvrage « mettant en exergue, avec humanité, les relations entre l’homme et l’animal. »

Le palmarès 2020.

Le prix Fernand Méry et les précédents palmarès.

Ce prix me touche et m’honore d’autant plus que le nom de Jean Dorst est évocateur pour moi. En effet, au tournant des années 1970-1980, un ami m’avait vivement recommandé « Avant que nature meure » dont j’avais fait alors l’acquisition. Ce fut mon premier livre sur cette question. Une somme et un ouvrage précurseur. Alors, recevoir le prix Jean Dorst…

jeudi 24 décembre 2020

"Le loup et son mystère. Histoire d'une fascination" : d'autres recensions

Plusieurs autres recensions de mon livre "Le loup et son mystère. Histoire d'une fascination" (Le Courrier du livre, 2020) sont parues ces derniers temps. En voici quelques unes.

Jean-Claude Larchet a publié une recension sur Orthodoxie.com le 17 décembre. "Nul animal n’a autant pourvu les mythes d’un grand nombre de sociétés, ni n’a suscité à la fois autant d’attirance et de répulsion. C’est à cela que Christophe Levalois, en historien des mythes et des mentalités, accorde toute son attention, plaçant au cœur de son étude la relation, complexe et changeante, de l’homme et du loup au fil de l’histoire et dans l’espace des différentes civilisations, et tentant d’élucider un mystère qui n’est pas tant celui du loup que celui de l’homme face à lui."

Une autre recension a été publiée dans le supplément du dimanche (6 décembre 2020) des quotidiens l'Est républicain, le Républicain lorrain et Vosges matin (et ci-dessous). "L'auteur de la semaine. Le loup et son mystère de Christophe Levalois"."D’une actualité brûlante, interrogeant le rapport de l’homme à la nature, ce livre très complet pose finalement la question cruciale : sommes-nous prêts pour une réconciliation ?"

"Cet ouvrage, riche d'enseignement et magnifiquement illustré, se lit comme un roman".  Marc Gadmer en a rendu compte, "Loup y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ?", dans "Femme Actuelle jeux Animo" n°4, nov.-déc. 2020.


Enfin, un entretien, intitulé "Les mythes du loup retracés par un auteur de Saint-Germain-en-Laye", est paru dans "Le Courrier des Yvelines" n°3915 (21 octobre 2020). Il est en ligne ici.

dimanche 6 décembre 2020

De grâce en grâce - Recension de "Sept grâces sur le chemin de Compostelle" de Marie-Ève Humery (éditions Salvator)

 Ma recension publiée sur Orthodoxie.com.

Les éditions Salvator lancent, en cet automne 2020, une nouvelle collection : « Chemins d’étoiles ». Elle est dirigée par Gaële de La Brosse et dédiée à l’itinérance spirituelle. « Elle accueille tous ceux qui, à travers l’évocation d’un lieu ou d’un itinéraire, abordent les questions essentielles de l’existence. » C’est Marie-Ève Humery, une orthodoxe, qui signe le tout premier livre de cette collection. Il mérite largement cet honneur d’être celui qui ouvre ce nouveau chemin éditorial prometteur, car il en témoigne magnifiquement.

Ce livre relate une partie du chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle, précisément de Bergerac (voie de Vézelay) à Navarrenx dans le Béarn, parcourue par l’auteure avec son filleul. La plume est alerte et talentueuse, elle embarque très facilement et très agréablement le lecteur dans cette aventure humaine et spirituelle. Ce chemin relève d’une double géographie : l’une visible, terrestre et matérielle, l’autre invisible, spirituelle, mêlant le ciel à notre terre. Les fruits vivifiants en sont les grâces propres à renouveler l’être. Il importe pour cela d’être attentif aux signes dont chacun, bien que discret, est « vivant et subtil, mais invisible aux yeux. Tout juste perceptible. Mais perceptible par tout l’être. » Des petites choses en apparence, mais aux grands effets ! Le récit associe de manière très réussie ce double cheminement, en somme la découverte extérieure, souvent une rencontre, avec un être humain, un animal ou un lieu, avec la révélation intérieure. À cet égard, l’auteure ne cache rien, tout en restant pudique et non sans qu’affleure parfois une touche d’humour, de ses luttes, de ses blessures, de ses peines, mais aussi de ses joies, de ses rêves, de ses espoirs et bien sûr des grâces qui illuminent ce chemin et sa vie.

Le livre est introduit par une préface du journaliste Luc Adrian qui inaugure très judicieusement la relation de ce cheminement et y prépare. Il confie notamment une observation que nous partageons entièrement : « On referme ce livre avec le “cœur tout brûlant” des pèlerins d’Emmaüs après leur rencontre avec le Ressuscité. » Il se termine par trois beaux compagnonnages, des « chemins partagés » qui sont autant d’échos et de prolongements du récit : ceux de Bertrand Vergely, d’Annick de Souzenelle et du frère bénédictin Benoît Billot. Chacun éclaire le périple à sa manière. Ainsi Bertrand Vergely explique pourquoi le récit de ce pèlerinage a suscité chez lui « un tel enchantement » et souligne que « Pour aller vers le Ciel en permettant que le Ciel vienne à nous, il nous faut dans ce monde aller vers notre âme. ». Il ajoute : « D’où la violence de l’existence et sa beauté. Sa violence quand elle n’a pas d’âme. Sa beauté quand elle en a une. » Annick de Souzenelle apporte en complément qu’il s’agit de « remonter à la source », car « tel est le sens de tout vrai pèlerinage ; le sens de l’ordre donné à Abraham — qui n’est encore qu’Abram — par son Seigneur, d’aller vers lui-même, au principe de son être. » Enfin, le frère Benoît Billot met l’accent sur les sens intérieurs. Il conclut que ce livre « s’adresse à toute femme et tout homme en quête, à tout chercheur de vie spirituelle. »

L’ouvrage de Marie-Ève Humery détaille sept grâces reçues. Bertrand Vergely en ajoute une huitième, son style. Nous en rajoutons volontiers une neuvième ! Elle se manifeste et grandit lors de la lecture du livre par la joie pleine d’espérance que celle-ci procure ainsi que par l’expérience de grande valeur qui est transmise ! Il en est ainsi des grâces : elles sont chacune source de croissance et de multiplication !

Marie-Ève Humery, Sept grâces sur le chemin de Compostelle, Salvator, 2020, 170 pages, 15 euros.

vendredi 6 novembre 2020

Entretien : "Communication et communion sont liées"

Le magazine ECA (Enseignement catholique actualités) vient de publier un hors-série (novembre 2020, 8 euros, 36 pages) dans lequel se trouve un entretien que j'ai donné à cette revue intitulé "Communication et communion sont liés". Ce numéro spécial a pour titre : "La communication un enjeu majeur pour les chefs d'établissement". Un dossier fort bien fait mêlant judicieusement réflexion, illustrations et conseils pratiques. On peut se le procurer sur cette page (couverture, sommaire). Mon ouvrage "Prendre soin de l'autre. Une vision chrétienne de la communication" (Cerf, 2012) approfondit cette question.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir (clic droit, "Ouvrir le lien dans un nouvel onglet")


mardi 20 octobre 2020

Recension : « La voie du cœur. Lecture spirituelle de l’Évangile de Jean » de Philippe Dautais (Salvator)

 Philippe Dautais, La voie du cœur. Lecture spirituelle de l’Évangile de Jean, Salvator, 2020, 199 p., 19 euros. Ma recension publiée par Orthodoxie.com. :

Ce quatrième livre du P. Philippe Dautais, prêtre au sein de la Métropole orthodoxe roumaine, qui anime avec son épouse Élianthe le Centre Sainte-Croix, rappelle à certains égards le premier, Le chemin de l’homme selon la Bible (Desclée de Brouwer, 2009), car il présente aussi des figures comme autant de types du chemin de l’âme dans une géographie de l’intériorité pourrait-on dire. Cependant, ce dernier livre a également intégré les deux suivants, excellents et remarqués, fruits de décennies d’approfondissement, d’accompagnement et d’enseignement, à savoir Si tu veux entrer dans la vie – Thérapie et croissance spirituelle (Nouvelle Cité, 2013) et Éros et liberté – Clés pour une mutation spirituelle (Nouvelle Cité, 2016).

Dans cette lecture de l’Évangile de Jean, de passages choisis et non in extenso, qui comporte aussi des éclaircissements sur la signification spirituelle de figures exemplaires, l’auteur propose un « pèlerinage vers soi-même » qui est également « naissance à Dieu en soi ». Aussi, la « voie du cœur » doit être entendue comme « voie vers le cœur », vers ce centre suprême de l’intériorité de chaque être.

L’une des toutes premières étapes de ce voyage vers l’essentiel et la source de toute vie est l’ouverture du regard « pour accéder à une autre perception » car « le cosmos visible est la parure de l’invisible ». Ce dévoilement est aussi et d’abord celui de la Création tout entière, véritable livre écrit par le Créateur pour l’édification et l’enseignement de tous, « le cosmos est la première Bible ». En ce sens le monde est symbole, « du grec symballô, je réunis » rappelle le père Alexandre Schmemann cité par le P. Philippe Dautais, c’est-à-dire qu’il réunit des réalités différentes, en l’occurrence le visible et l’invisible qu’il manifeste à cette occasion. « Ce que Dieu a d’invisible est rendu manifeste par les choses visibles ». Autrement dit, « le symbole désigne la présence du symbolisé dans le symbolisant ». C’est en examinant le personnage de Nicodème, figuration d’une nouvelle naissance, que l’auteur aborde ces questions. Celui-ci marque aussi « l’avènement de la personne », dit-il en s’appuyant sur Nicolas Berdiaev et sur Olivier Clément. « La première naissance est selon la nature, la deuxième est la naissance à soi-même en tant que personne, la naissance en Dieu. La première nous a été imposée, la deuxième est la possibilité offerte de marcher en toute liberté vers l’émergence de l’être unique que chacun est. » C’est ce passage de l’être conditionné à celui qui naît du « moi profond » qui fait de la personne un être de communion. En effet, « pour s’ouvrir à l’autre, nous avons besoin d’être enracinés en nous-même ». C’est, pour synthétiser l’explication de l’auteur, parce qu’il a un visage qui lui est propre que chaque être humain peut authentiquement se tourner vers l’autre dans une relation qui construit les deux. C’est pourquoi également, l’amour, « dialogue du je et du tu », est un « dialogue de personne à personne ».

Le mot dialogue est d’ailleurs au cœur de l’ouvrage, dialogue afin de « passer sur l’autre rive ». Ce terme est à conjuguer au pluriel, en effet il recouvre bien des dialogues : avec son intériorité, avec le vivant et le cosmos, « fruit de la parole divine », avec Dieu vers qui pointent, finalement, tous les dialogues. Cela exige d’emprunter un chemin de dépouillements et de dévoilements au cours de cette route vers « la Source qui jaillit au plus intime de nous-mêmes ». L’apophatisme se révèle à cet égard propre à délivrer de tous les attachements qui maintiennent dans des prisons et des esclavages loin du Vivant tout comme de tout dialogue authentique et efficient. « L’apophase désigne la montée vers le mystère, vers simultanément ce qui nous échappe et ce dont nous avons une expérience intime. Expérience intime qui échappe à notre saisie et qu’il ne convient pas de ramener à nos schémas mentaux. Elle appelle au contraire à une ouverture de l’intelligence vers le jamais connu, vers l’au-delà de nos représentations. » Paradoxalement, c’est cette intimité au plus profond de nous-mêmes, par-delà les mots, concepts et représentations, qui nous rend aptes à dialoguer avec le cosmos et avec Celui qui en est la Source vivifiante et qui l’irrigue dans sa totalité jusqu’à la moindre de nos cellules. Creuser en soi-même pour s’élever et élargir toujours plus sa conscience en somme !

Un ouvrage très stimulant et éclairant, également utile lors d’une (re) lecture des Évangiles. Pour nous conduire au cœur de tout, en premier de nous-mêmes, et à l’essentiel, à cette présence ineffable à la fois partout présente et au-delà de tout dont le Christ est le visage et la parole.

mardi 1 septembre 2020

"Le Loup et son mystère. Histoire d'une fascination" : nouvelle recensions, entretiens

De nouvelles recensions consacrées à mon livre Le Loup et son mystère. Histoire d'une fascination (Le Courrier du livre) ont été publiées ainsi que des entretiens. Les voici (faire un clic droit, puis "ouvrir dans un nouvel onglet" pour agrandir l'image).

Tout d'abord, une substantielle recension sur le blog Mydogisaqueen. "Ce livre est un énorme coup de cœur que je vous recommande, il est aussi captivant que son protagoniste, le loup."

Ensuite, un entretien sur deux pages publié dans le trimestriel Animaux Bonheur (n°25, été 2020).



"Parviendra-t-on à se réconcilier avec cet animal mythique ? Un ouvrage riche et passionnant". Une recension dans le bimestriel Matou Chat n°37 (août-septembre 2020).

 

"L'indompté". "Un bel essai sur les relations entre l'homme et le loup au cours du temps. Des relations changeantes qui témoignent de la fascination, puis de la répulsion pour cet animal qui, plus qu'aucun autre, a irrigué la culture et les grands récits des origines." Recension dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles n°4365 du 23 au 29 juillet.
 
 
J'ai aussi donné un entretien à Orthodoxie.com. Il a été mis en ligne le 1er septembre, Journée de prière pour la sauvegarde de la Création dans l’Église orthodoxe. Son thème est "Le christianisme et l'animal" (au format PDF). J'y aborde la place de l'animal dans le christianisme et son évolution jusqu'à nos jours.

Vidéo ci-dessous : un entretien à TV-Libertés mis en ligne le 12 août.
 

mardi 7 juillet 2020

"Le Loup et son mystère. Histoire d'une fascination". Recensions et présentations

Voici quelques recensions et présentations parues à ce jour de mon livre Le Loup et son mystère. Histoire d'une fascination (Le Courrier du livre).

Pour commencer quelques présentations en ligne : le site de la fondation "30 millions d'amis" ; JAF-info (jardinerie animalerie fleuriste) ; Radio Parole d'animaux ; Faune sauvage ; "Notre siècle" ; Infolettre d'été de la galerie-boutique Hozho à Lausanne (au bas de la page).

* Pour agrandir chaque image : clic gauche, puis clic droit et "afficher l'image".
 
Ci-dessous, "Le loup et nous", article publié dans "La Semaine vétérinaire" (n°1854, 15-22 mai 2020, p.39).

 Dans le mensuel "Télé Star Jeux" (n°389, mai 2020, p.116). La page complète.

Dans "La Revue nationale de la chasse" (n°874, juillet 2020, p. 89). 

Dans le magazine "Le Monde des animaux" (n°33, juillet-août-septembre 2020, p.126), "Loup y es-tu?". 

Dans le mensuel "Terre Sauvage" (n°378, juillet 2020, p.16), "Loup, entends-tu ?".

Vidéos : "Le mystère du loup", le début (dix premières minutes) d'un entretien sur BTLV (web TV). Trois courts extraits (52 secondes en tout) de cet entretien.

samedi 16 mai 2020

« S’informer : un regard critique sur les sources et modes de communication » - « Les grandes révolutions techniques de l’information »


Voici un de mes cours pour la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) en classe de première. Il s’agit du quatrième thème (sur cinq), plus précisément de l’introduction et de l’axe 1 (sur deux avant l’« objet de travail conclusif »). Chaque axe comprend trois « jalons ». Le thème général est « S’informer : un regard critique sur les sources et modes de communication ». Celui de l’introduction est « Comment s’informe-t-on aujourd’hui ? ». Quant à l’axe 1 ici traité, il porte sur « Les grandes révolutions techniques de l’information », avec pour le premier jalon : « L’information imprimée : de la diffusion de l’imprimerie à la presse à grand tirage », pour le second : « L’information par le son et l’image : radio et télévision au XXe siècle », et pour le troisième : « L’information mondialisée et individualisée : naissance et extension du réseau Internet ». 
J’ai en outre rajouté en annexe (entre le deuxième et troisième jalon) : « La naissance et le développement des sciences de l’information et de la communication » et « Deux affaires de diffusion de fausses informations et leur influence ».



Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un groupe de partage entre collègues, chacun prenant à sa charge une partie du nouveau programme en seconde et en première. Il est plutôt destiné aux professeurs pour que ceux-ci y puisent à leur guise. Sans être exhaustif, ni bien sûr parfait, il excède largement le travail fait en classe. Ainsi, chacun peut y puiser ce qui lui semble bon dans le contexte de sa classe, choisir parmi les nombreux documents en liens ou intégrés et en fonction de tout cela élaborer une ou plusieurs évaluations.

Source de l'illustration.